La SNSM à la recherche d'un kite-surfeur disparu

Le 3 juillet 2020, d’importants moyens de secours ont été déployés à la Tranche-sur-Mer pour tenter de retrouver un kite-surfeur porté disparu. Impossible à localiser dans la nuit, l’homme a finalement réussi à rejoindre la plage après 7 heures dans une eau à 17°C...

""
Légende
À bord de la vedette "SNS 144 IMA ANTIOCHE", les sauveteurs quadrillent la zone © Sébastien Richard

Le 3 juillet 2020, vers 16 heures, Christian, la soixantaine sportive, décide de profiter du vent pour faire du kite-surf à La Tranche-sur-Mer. Ce vacancier n’est pas novice en la matière et maîtrise le maniement de son engin. Deux bonnes heures plus tard, un boudin de son aile se perce et elle devient inutilisable. Le vent a molli, il est seul sur le plan d’eau, à près d’un kilomètre de la côte, avec un courant qui le pousse vers le large.

À 21 heures, son épouse, inquiète de ne pas le voir rentrer, alerte les secours. Le Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage (CROSS) Étel diffuse immédiatement un mayday relay et engage un important dispositif de recherche : les hélicoptères Dragon 17 de la Sécurité civile et Raffut Sar de l’Armée de l’air, les moyens nautiques de la station SNSM de La Rochelle-Pallice et un bateau léger de sauvetage des pompiers.

Jean-Louis Brasseur, patron de la vedette SNSM, Grégoire Pascaud, patron du semi-rigide, et leurs équipages scrutent en permanence les flots sombres dans l’espoir d’apercevoir le kite-surfeur.

On sait qu’une vie est en jeu alors on cherche, pendant des heures, zone après zone.

explique Jean-Louis Brasseur.

Mais dans la nuit, autant chercher un piquant d’oursin dans un herbier de posidonies !

Un sauveteur en opération scrute son écran de navigation
À bord de la vedette, les sauveteurs quadrillent la zone de recherche transmise par le CROSS et visible sur le logiciel de navigation ci-dessus. ©SNSM

Toujours accroché à sa voile, maintenu à flot par son gilet, Christian aperçoit un hélico qui part dans la mauvaise direction et, au loin, le gyrophare de la vedette SNSM. Il nage pour ne pas se refroidir. Sa combinaison en néoprène et son casque le protègent de l’hypothermie mais il n’a aucun moyen de signaler sa présence, faute d’équipement lumineux. La nuit est tombée, il pense à l’inquiétude de sa femme. Rassemblant son énergie, il largue son matériel et nage vers le phare. À 1 heure du matin, épuisé, il atteint la plage.

Un retour miraculeux, après 7 heures passées dans l’eau

Je ne tenais pas sur mes jambes, je suis resté 20 bonnes minutes sur le sable avant d’arriver à me lever pour marcher jusqu'au parking.

Il prend sa voiture et arrive à son domicile à 2 heures du matin. Son épouse informe le CROSS de ce retour miraculeux après un séjour de 7 heures dans l’eau. Les pompiers prévenus se présentent au domicile de Christian, sa température interne ayant dangereusement chuté, il sera hospitalisé en observation plusieurs heures.

Peu après 2 heures, le dispositif de recherche est donc levé. Soulagés de savoir l’homme en vie, les Sauveteurs en Mer de La Rochelle peuvent regagner le port après des heures de tension et de veille attentive. À 2 h 30, les SNS 144 et 741 sont à quai.

Conscient d’être un miraculé, Christian reconnaît l’erreur de n’avoir pas pris le dispositif lumineux obligatoire qui lui aurait permis de se signaler aux secours. Mais ce genre de mésaventure ne se reproduira pas puisqu'il a acheté le bracelet étanche DIAL de la SNSM qui permet de déclencher les secours et d’être localisé rapidement.

Depuis son bain forcé de 7 heures, Christian a beaucoup discuté avec des surfeurs et kite-surfeurs qui fréquentent le spot de la Tranche-sur-Mer.

Beaucoup ont connu des galères car le courant est fort dans ce secteur.

D'où l’importance d’être bien équipé !

Nos sauveteurs sont entraînés et équipés pour effectuer ce type de sauvetage. Grâce à votre soutien, vous les aidez à être présents la prochaine fois !

Article de Marjorie Biran, paru dans le Magazine Sauvetage n°153 (3ème trimestre 2020).

 


DIAL, le dispositif individuel d’alerte et de localisation

""
Bracelet DIAL SNSM © DR

Dans ces situations, le bracelet de sauvetage DIAL de la SNSM aurait été d’une grande utilité, évitant les temps de recherche des secours, ainsi que les risques d’hypothermie et de noyade. Dans ce bracelet en silicone se trouve une balise étanche, qui contient un système de positionnement GPS et une carte SIM multiopérateurs, rechargeable sans abonnement, permettant de communiquer en permanence sa position à un proche et de l’alerter en cas de difficultés, par simple pression. L’alerte et la position peuvent être relayées facilement vers le CROSS, au 196 - le numéro est préenregistré dans l’application - ou au 112 depuis la zone terrestre. DIAL et ses accessoires sont en vente sur la boutique de la SNSM au prix de 149 euros. Egalement en vente sur le site de Decathlon.

 


Équipages engagés

Vedette SNS 144 IMA Antioche

Patron : Jean-Louis Brasseur

Patron suppléant : Alain Coulongeat

Mécanicien : Patrick Auger

Équipiers : Jean-Luc Gouin, Philippe Hury et Alexandre Mas

Équipier stagiaire : Louis Valadie Poiroux

Semi-rigide SNS 741 Marie-Anne

Patron : Grégoire Pascaud

Équipiers : Olivier Blanc, Nicolas Buhot-Launay et Laurent Schwenk